Sommaire

Dans le cadre du lancement de notre formation sur le Numérique Responsable à destination des indépendants et PME, nous avons rencontré Aymeric, notre formateur, pour une interview.

I ) Rencontre : Qui es-tu ?

Bonjour Aymeric, peux-tu te présenter en une phrase ?

Bonjour, je suis Aymeric De Wispelaere, j’ai 30 ans, je vis à Bordeaux mais je suis originaire du Nord, à côté de Lille. Je suis chargé de mission RSE spécialisé dans le numérique responsable, c’est-à-dire que j’accompagne les entreprises dans leurs choix de prestataires informatiques (équipements et logiciels) pour qu’ils soient le plus responsables possible.

Dis nous le plus simplement possible en quoi consiste ton métier.

Mon métier en tant que chargé de mission RSE consiste à accompagner les structures dans leur transition écologique en les aidant à respecter les principes de développement durable. Je vais les aider à rendre leurs actions cohérentes, quitte à ne pas viser trop haut pour parvenir à des objectifs ambitieux mais atteignables.

Concernant le numérique responsable, je vais conseiller au mieux les entreprises pour que leurs équipements informatiques et leurs logiciels soient choisis en tenant compte de critères écologiques. Au-delà des enjeux environnementaux dus par exemple à la production de l’équipement, il y a aussi des enjeux sociaux (par exemple : choisir une entreprise américaine ou bien un outil boosté pour la dépendance).

Comment es-tu devenu un entrepreneur responsable ?

Par hasard ! C’est lors de ma rencontre avec Frédéric (Farré), un collègue de Florian (Bourguignon), pour développer mon réseau professionnel dans le développement durable, que j’ai entendu parler du collectif We Act 4 Earth. C’était en mars 2020, le jour même, j’envoyais mon CV à Florian et quelques jours plus tard je rejoignais l’équipe WA4E après un bref appel avec lui où il n’a pas eu de mal à me convaincre. J’ai rejoint l’équipe à ses débuts, en voyant naître un tel projet, cela m’a motivé à me lancer dans l’aventure entrepreneuriale.

Raconte-nous ton parcours ?

Par un concours de circonstance, à la fac au Québec, j’ai eu le choix entre me spécialiser dans la finance ou le développement durable. Et… j’ai tenté la Finance ! Mais ça ne m’a pas plu et je ne me voyais pas m’accomplir professionnellement dans ce domaine. Par la suite, j’ai repris un master en développement durable à Versailles.

J’ai effectué mon Master 2 en alternance chez GreenFlex où j’ai été embauché dans la foulée. Je suis arrivé dans une PME avec une bonne dynamique et qui a énormément évoluée car il y avait une vraie demande en matière de développement durable. Pendant 4 ans, j’y ai travaillé et je gérais des guides d’achats sous forme de site web. J’étais en charge de 3 sites : les meubles frigorifiques de vente (les frigos et congélos qu’on voit dans les grandes surfaces), l’éclairage professionnel, et le high-tech. J’ai contribué à la création de site sur l ‘éclairage.

Brièvement, ces guides consistaient à accompagner les entreprises dans le choix de leurs équipements grâce à un classement objectif et indépendant dans les 3 domaines couverts par chacun des guides. La notation consistait à mettre en avant les caractéristiques écologiques du produit pour aider les professionnels dans leur décision d’achat.

Contrairement aux 2 autres sites qui étaient à accès privé, le site sur le secteur high-tech était en accès libre, j’en faisais donc la promotion lors d’événements et j’écrivais des articles pour générer des visites dessus. C’est de là qu’est née ma conscience des enjeux de numérique responsable

Quel a été ton déclic écolo ?

Petit j’étais passionné par la biodiversité et j’avais déjà une sorte d’inquiétude sur l’avenir des espèces et de leur conservation. Je pense que c’est là qu’est née ma conscience de nos actions (celles de l’Homme) sur la planète.
Et c’est vraiment au Québec, où j’ai fait le lien entre mes convictions personnelles et le fait de poursuivre une carrière professionnelle dans des projets respectueux des principes de développement durable. Je me suis vraiment engagé à partir de mon master.

Pourquoi avoir rejoint l’asso WA4E ?

Il y avait ce côté terre à terre qui m’a plu. Je ne voulais pas me lancer seul dans l’entreprenariat mais en même temps j’étais tenté de créer une formation sur le numérique responsable pour accompagner et sensibiliser des professionnels dans ce domaine.

Au sein de WA4E, il y a une vraie cohésion entre les entrepreneurs et de la coopération qui m’a donné cet élan pour créer, entre autres, cette formation.

Rejoindre l’association WA4E m’a permis de devenir acteur du numérique responsable et proposer ma contribution, soit la formation numérique responsable dédiée aux indépendant.e.s et aux TPE.

D’ailleurs, tu fais quoi à WA4E ?

Au début j’ai participé aux projets de la team RSE, j’ai notamment travaillé et développé le catalogue des Grandes Randonnées avec d’autres contributeurs. Ensuite je me suis plus dédié à la formation.

En partant d’une feuille blanche, nous sommes parvenus à créer une formation de toutes pièces et la plateforme l’accueillant. J’ai eu un été 2020 challengeant, j’ai appris sur le tas à tourner des vidéos, rédiger des scripts, élaborer un scénario pédagogique. C’était un gros travail mais quelle satisfaction d’être arrivé à ce résultat ! À présent, je suis le formateur de la toute nouvelle formation Numérique Responsable !

Explique le/la “thématique” en une phrase

La formation du numérique responsable vise à accompagner un.e freelance ou une TPE dans la mise en place d’un plan d’action concret en matière de numérique responsable.

On va proposer une manière flexible de se faire accompagner sur le numérique responsable afin de comprendre les enjeux, comment rattacher ce volet à l’activité de chacun et quel plan d’action mettre en rapport avec son activité. Avec un suivi par un formateur, pour le moment je suis le seul mais le but est que nous soyons plusieurs.

2 ) Pour t’inspirer

Un film /reportage / citation / livre / rencontre qui a marqué ton parcours d’entrepreneur engagé

Chez GreenFlex j’ai rédigé pas mal de contenus sur le numérique responsable et dans ce cadre j’ai eu la chance d’interviewer Philippe Bihouix.

C’est un ingénieur et il est l’auteur d’ouvrages tel que“L’âge de Low tech” qui a eu l’effet d’un déclic pour moi. Je trouve qu’il a une vision très réaliste de la condition écologique et de notre société.

C’est ma référence et c’est après une conférence, que j’ai pu réaliser cette interview. C’était vraiment une rencontre très riche.

Un héros ou une héroïne à dénoncer pour notre prochaine ITW

Ma recommandation, j’invite la team RSE : Isabelle Michaud ou Nadia Hamou !

3 ) Passer à l’action

3 actions à mettre en place tout de suite pour créer de l’impact positif.

1. allonger au maximum la durée de vie de vos équipements. Réfléchissez à chaque achat car nous devons les garder le plus longtemps possible. Plus on allonge la durée de vie, plus l’impact environnemental dû à la fabrication baisse (80% des impacts du cycle de vie d’un smartphone, ça fait réfléchir !).

2. Achetez reconditionné ! Le reconditionnement souffre de biais psychologiques où on craint que l’appareil soit défectueux, pensez au fait qu’on achète sans problème des voitures d’occasion avec lesquelles on roule à 130 sur l’autoroute avec les enfants sur la banquette arrière! Ci-dessous, je vous laisse une liste de sites proposant du reconditionné.

3. Côté perso, je suis devenu papa récemment ! J’ai opté pour les couches lavables afin d’être sûr de la qualité des matières en contact avec la peau de mon fils et c’est un sacré geste en termes de réduction des déchets !

4 ) Les bonus qu’on adore

Le dernier grand événement (marquant) dans ta vie.

Forcément… La naissance de mon fils ! Il n’y a pas plus marquant, il est né début octobre. Mes objectifs de vie et ma manière de considérer le futur ont complètement changé.

Quel est ton talent caché ?

Hum… Je dirais que je suis un bon cuisinier ! La recherche d’emploi m’a permis de prendre du temps pour moi et ça fait maintenant le bonheur des papilles, j’ai appris à me perfectionner et je sais faire des supers burgers maintenant (le pain et les idées pour la composition) ! Meilleurs qu’au resto !

Le profil Linkedin d’Aymeric.

Les liens des ressources partagées :

Formation sur le numérique responsable : https://weact4earth.fr/se-former/

Quelques lectures :
Philippe Bihouix : “L’âge des low-tech” et “Le désastre de l’école numérique”
Benoît de Guillebon : “En route vers l’éco-économie” et “Quel futur pour les métaux ? Raréfaction des métaux : un nouveau défi pour la société”

Plateformes pour acheter des produits high-tech reconditionnés :
https://www.backmarket.fr/
https://www.rebuy.fr/
https://www.recommerce.com/fr/
https://remade.com/
https://smaaart.fr/
https://www.yes-yes.com/

Envie de rencontrer notre équipe et de connaître nos formations. Vous pouvez réserver un créneau de 30 minutes en visioconférence via ce lien

En cas de questions sur nos formations, les financements : vous pouvez aussi nous écrire à : hello@weact4earth.fr

Article illustré par Estelle Chambon, Steliegraphie.

S'ABONNER